simplicite fleur

Osez vivre pour ne pas mourir… de peur 2


Osez vivre libre et heureux

L’Intention du jour : et si on vivait ? Alors pour ça on va envoyer du soleil, de la lumière oh pas celle qui vous crame ou vous vous dites “Wahou comme il est trop trop fort le gars / fille en face de moi”. Non juste des choses du quotidien, les petits miracles de la vie de tous les jours mais qui (trop souvent) disparaissent sous les méandres de notre habitudes à nous prendre la tête tout seul sur rien en grosse quantité. Aujourd’hui (presque) pas de sermonage, pas d’encouragement au changement juste quelques photos de ce qu’il y a bêtement sous nos yeux et que nous ne voyons plus.

Genèse de “Osez vivre”

La Peur nous tue ! Bon ca parait con de dire ça, peut être un peu exagéré mais en fait non. Je vous promet que ce que j’ai Vu sur le marché ce samedi c’était exactement ça. (1)

Alors exagérer de dire que la peur nous tue ? Si on regarde ce qui se passe en nous quand nous renonçons à dire, faire, penser, ne pas faire, ne pas dire, ne pas penser par cette peur sourde et socialement apprise ce n’est ni plus ni moins que de la mort en barre. Alors je n’ai rien contre le fait de mourir ça fait un peu parti du contrat de départ.

Par contre un truc m’énerve c’est de crever. C’est de renoncer à exprimer des bouts de soi qui existe déjà, qui sont déjà en place uniquement par peur d’un quand dira-t-on, d’un “je ne vais pas l’embêter” ou encore du fameux “oui mais ça ne ce fait pas” et le pire du pire selon moi c’est de masquer. Vous savez quand nous justifions notre peur par un code, une aspiration morale “je ne me met pas en colère, je ne pleure pas, car ça génère des ondes négative dans le monde”. Ouais … Moi perso quand je suis triste, quand je suis en colère je m’en fout un peu du monde (2)

Je reviens à ma peur qui tue (et qui pue) chaque fois que nous nous empêchons par lâcheté, compromission, en gros par peur, d’exprimer une partie de nous aussi petite soit elle nous nions cette partie, nous nions cette petite zone de nous. Ce n’est pas bien grave, ce ne sont que des petits bouts … mais voilà au bout de 20 ans les petits bouts ça fait comme un gros vide.

La peur au quotidien

Alors osons, j’ai mis le camélia comme image d’en tête. Elle est le symbole du Samouraï. Je ne suis pas en accord complet avec cette voix mais la notion de “Just do it” qui m’est chère elle est intéressante. Le sens de l’honneur aussi, en pensant à ne pas honorer un autre plus que soi même…

S’honorer c’est ne pas renoncer à soi, ce n’est pas revendiquer, exiger, réclamer mais bien plus sereinement juste ne pas se nier.

Quitte à déplaire, quitte à sembler asocial après bien sur il ne s’agit pas d’être con allez voir votre banquier sans prendre de douche depuis 15 jours parce que c’est du gachis ou en mode éclater au réveil ce n’est pas s’honorer c’est être con (en gros c’est l’inverse).

Ce chemin demande de la souplesse, de la fluidité et une bonne dose de bon sens pour adapter chaque pas au sol sur lequel il repose.

Note :

(1) Je ne parle pas bien sur de la peur animale, de l’instinct de préservation mais de sa petite cousine la peur sociale, celle que nous avons ingurgité, que nous avons apprise au fil des années.

(2) pour rappel il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises énergies juste des énergies qui nous sont ou pas agréables. Pour info le point de décharge dans les lieux hautement spirituels est un lieu dit “négatif” quand c’est dans votre maison – bien sur l’idéal étant de ne pas dormir dans ce lieu mais juste d’y passer 🙂


A propos de Renaud

Naturopathe, Psychothérapeute et Pratiquant de différentes techniques énergétiques depuis plus de 20 ans. J'anime des conférences / rencontres en essayant d'amener chaque fois un autre regard, une autre manière d'être et de vivre le monde qui nous entoure. Loin du Mysticisme et du Rationalisme il existe une troisième voie, celle du sourire et de l harmonie. Un Pragmatisme abstrait pour aimer notre propre paradoxe.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “Osez vivre pour ne pas mourir… de peur

  • Jull

    Une “médit” cet aprèm sur les Floyds (ça faisait vraiment longtemps) et tout ce que tu viens d’écrire est sorti de là avant que je te lise!! La peur social, quelle merde!!! Bise mon poulet 😉

  • Renaud

    haaaaa les floyds des grands visionnaires 🙂 ben je crois qu on est calé sur les même fréquences 🙂 ca fait plaisir de lire tes commentaires 🙂