les prejuges sur le japon

Les « on-dit » du Japon, le guide du voyageur 1


Kon'nichiwa, Nihon e yōkoso, こんにちは、日本へようこそ. Le Japon ! On aime ou on déteste. L'Asie en général est pour nous, occidentaux, le lieu d'une multitude de fantasmes, de projections, de préjugés bons ou mauvais en tout genre. Le Japon encore plus que les autres destinations, l'Inde c'est pas mal non plus, est l'objet d'une multitude de "on-dit". Certains lui vouent un culte, pour d'autres c'est le pays de l'horreur absolue. Perso, le Japon comme destination pour aller traîner mes baskets ne m’attirait pas plus que ça. D'une, parce que les billets pour y aller sont parmi les plus chers et de deux, j'étais pas plus fan que ça. Je ne suis pas adepte de la technologie à tout crin, ni de la zen attitude et je suis encore moins un "geek", en général les sources de motivation pour faire le grand saut vers cet archipel.

Par contre j'aime bien découvrir, être surpris et ne pas mourir idiot, donc le jour où j’ai vu un billet pas cher je me suis dit « Pourquoi pas ! ». On est en Mai 2017, j’en suis à 2 voyages et je pense qu’il y en aura encore beaucoup d'autres !

Les « on-dit » sur le Japon.

Petit listing des vrais ou faux préjugés sur un voyage au Japon. En tout cas ceux que j’avais ou ceux que j’entends encore.

Voyage : Les billets d’avion sont super chers !

Il y a depuis quelques années des tarifs plus que raisonnables, au vu de la distance qui nous sépare de ces superbes îles. En effet, vous pourrez trouver des promos à 340€ AR Paris /Tokyo. Hors promos, on trouve des bons tarifs, autour de 450/550 €€. Dans votre recherche, pensez à privilégier les vols directs (Air France, JAL et ANA). De plus, il est possible de prendre des billets pour d’autres villes que Tokyo (Osaka, Hokkaido et Okinawa). Pour plus de détails pour avoir des bons plans, allez voir l’article « Le guide du voyageur : les billets d’avion et autres astuces ».

Petit Conseil : N’hésitez pas à discuter dans l’avion avec votre voisin. Si le courant passe bien, on vous invitera pour un repas ou autre ! Si c’est une démarche qui vous séduit, pensez à prendre des petits cadeaux de France à offrir, c’est la moindre des choses et de plus, vous verrez qu’il est très compliqué de régler l’addition (ils sont de mèche avec les patrons et on vous laisse pas régler, les fourbes).

guide du voyageur le japon

Le quotidien au Japon : La vie est super chère !

Là, tout est une affaire de perception. C’est sûr que si vous gagnez 5.000€ par mois, le Japon c’est juste la vie moyenne à Paris dans un beau quartier. Si vous gagnez 1500€ et que vous habitez un patelin autour d’Aubenas … ça fait de suite plus cher ! Bon ce qui est clair, c’est que le Japon n’est pas l’Inde ou Bali. Et oui, il y a des pays développés ailleurs dans le monde qu’en occident … Au passage, le Japon est la 3ème puissance mondiale, ça se paye ma pauv’ lucette.

Dormir, se loger au Japon :

Je voyage en mode sac-à-dos et seul, donc pour moi un lit est un lit, des draps propres et des sanitaires propres me suffisent. Pour la propreté, vous êtes au Japon, donc quasi aucun souci là-dessus si c’est tenu par des japonais !

Les auberges de jeunesse sont un très bon plan. Il y en a de très sympa et elles sont ouvertes à tous (15/30€).  Il existe aussi les business hôtels (APA hôtels et autre) qui sont propres et abordables (30/50€ en chambre double avec Tv et frigo).

Si vous n’êtes pas claustrophobe, il y a aussi les capsules hôtels ! Typiquement Japonais, en tout cas perso je n’ai jamais vu ça ailleurs. Il y en a de tous types, des plus glauques au plus « luxueuses ». Pour résumer, c’est des caissons avec un lit. En général, ce n’est pas mixte et selon le prix vous pouvez avoir plein de services inclus, comme la TV dans votre capsule, un accès à un onsen (bain thermaux locaux), service de bagagerie, petit déj et cie !

Enfin, les meilleurs, mais plus difficiles à trouver, sont les Ryokan, qui sont des auberges traditionnelles ou des maisons d’hôtes dans de vieux bâtiments. Ils sont durs à trouver mais j’en ai trouvé à 20€ dans un ancien couvent du 16ème près de Nara. Mais j’avoue qu’à ce prix, je n’en ai trouvé qu’une fois… Je n’ai pas encore testé Airbnb, je verrai ça pour mon prochain voyage ;). Je parle ici du Japon en général, comme souvent les prix explosent dans les capitales.

Petit Conseil : On dit souvent qu’il vaut mieux réserver ses hôtels à l’avance. J’ai toujours beaucoup de mal à réserver quoi que ce soit. On perd énormément en flexibilité et j’aime me laisser porter par le flux et les rencontres. Après 2 voyages là-bas, en pleine saison des cerisiers (sakura) en 2013 pour le premier et à l’automne (momijigari) en 2015, je trouve qu’il est tout à fait possible de réserver au fur et à mesure, ce qui vous permettra de vivre votre voyage au lieu de le suivre. Vous aurez un peu moins de choix, c’est un peu plus compliqué parfois et des fois un peu plus cher, mais pour ma part je trouve que ça vaut le coup !

Manger, grignoter au Japon :

Le Japon et la gastronomie, et bien c’est un peu comme en France. Vous avez du très bon et du pas génial, mais surtout on peut trouver des restaurants succulents et hors de prix mais aussi plein de bons petits restos pas chers. Vous trouverez plein d’Izakayas, qui sont l’équivalent de nos bistrots. On y mange un peu de tout, des cœurs de poulet crus, des gyosas, des yakitoris….

Ensuite il existe d’autres petits restaurants, spécialisés ou non, où vous pourrez vous régaler avec des tempuras, des ramens, okonomiyaki, teppanyaki …. Pour ces types de restaurants, le budget peut être autour de 10€, voire plus (je ne suis pas un gros mangeur, je me dois de le préciser). Pour ma part, je mangeais assez fréquemment le midi des bento/sandwich/ onigiri que l’on trouve dans les kombinis (petite chaîne de supérette ouverte 7/7 24/24 : Lawson, Family Mart, 7 Eleven). Et ça dépanne bien après une soirée bien arrosée. Oui parce qu’on boit au Japon, en tout cas moi. Ceux qui disent « heu c’est où que tu bois pas ? » je les proutte !

Pour le soir, je me permettais des restos. Cela me permet de tenir mon budget, et de me faire 2, 3 restos de qualité supérieure pour déguster du bœuf de Kobé, des sashimis de qualité… Ceux qui doutent qu’on puisse manger des repas de qualité à des petits prix, le restaurant Tsuta a eu une étoile au Michelin pour des ramens à moins de 10 € !

Surtout n’oubliez pas les marchés ! Ils sont magnifiques, on peut goûter plein de trucs et c’est en général super bon ! Si vous pouvez garder l’habitude en revenant chez vous, les marchés sont un lieu de partage et de découvertes hors des sentiers (re) battus. C’est la vie quoi !

Alors pour nous les Français, désolé de briser cette croyance, mais je dirais qu’on mange mieux et moins cher au Japon qu’en France ! Na !

Petit Conseil : Choisissez des restos sans carte en anglais. Pourquoi ?

Vous ne savez pas, ou très peu, ce que vous allez manger. Du coup vous allez découvrir plein de plats ! De ce fait, il se peut qu’à la fin de votre repas vous ne sachiez toujours pas ce que vous avez mangé. Notez le nom et faites vos recherches après !

Quelques photos, carnet de voyage du Japon

Se déplacer, la mobilité au Japon :

Votre budget transport dépendra de votre circuit. Pour ma part j’ai privilégié le train, en utilisant le JR Pass « classique » ou les JR Pass régionaux (pour plus d’infos : https://www.kanpai.fr. Pour vous donner une idée, pour 380€ vous pouvez prendre autant de trains que vous voulez sur le réseau concerné pendant 14 jours. Pour le rentabiliser, il faut bien bouger et bien se renseigner avant. Ce n’est pas LA solution, mais une parmi d’autres. Et rien qu’un voyage en train est déjà un voyage en soit lorsqu’on le compare à la Sncf …

Les voyages intérieurs au Japon, tous les voyages intérieurs, sont faciles au Japon.

Si vous n’avez pas de carte sim, il y a toujours des offices du tourisme dans les gares qui vous aideront pour votre train du lendemain, pour trouver votre hôtel… Il faut juste faire attention au fait qu’au Japon, hormis les grands axes, les rues n’ont pas de nom et c’est un peu compliqué parfois. Donc n’hésitez pas à demander à l’office du tourisme ! Pour le métro, il suffit d’arriver à choper une carte dans notre alphabet et après rien de compliqué.

Petites astuces en plus

Les japonais étant curieux de nature, ils seront intrigués par votre démarche, ceux parlant anglais vous aideront en vous voyant galérer pour passer votre commande et ainsi vous pourrez enchaîner une discussion. S’ils ne parlent pas anglais, montrez un plat que quelqu’un est en train de manger ou demandez la spécialité du chef (en japonais) et son prix, et vous démontrerez ainsi votre curiosité, et bien souvent dans ce cas-là, le japonais d’à côté de vous vous fera partager son plat pour vous faire découvrir leur cuisine. Et pis, si ça se passe bien, il y a de très fortes chances qu’il vous fasse goûter différents sakés. Oui, on boit au Japon …

A noter que parfois ils ne vous laisseront pas rentrer, je n’ai pas vraiment d’explication. Peut-être ne parlent-ils pas anglais ou est-ce réservé aux habitués ? Peut-être ont-ils eu de mauvaises expériences avec des gaijins … Ne le prenez pas mal, faites quelques mètres, un autre restaurant vous attend.

La barrière de la langue :

« Je ne parle pas japonais et les japonais ne parlent anglais...

Comment qu’on fait ? »

Tout d’abord, je tiens à dire que dans tous mes voyages, quelle que soit la langue (birman, serbe, vietnamien…), j’ai toujours appris un minimum de vocabulaire : Bonjour, merci, s’il vous plait, comment ça va, je m’appelle …. une bière, l’addition ! Et OUI on boit au Japon (mais en fait y a du bon boire absolument partout dans le monde je crois).

Trêve de blague, apprendre un minimum de vocabulaire et de culture du pays où je vais aller m’amuser, je pars pour des vacances, me semble être le minimum de civilité. On est accueilli, on demandera de l’aide lorsqu’on est perdu, alors faites un effort en contrepartie ! C’est toujours le bienvenu, ça éveille parfois la surprise et ça peut vous emmener dans des lieux que vous n’auriez jamais connu tout seul. Donc n’hésitez pas ! Vous trouverez les traductions dans vos guides, alors entre 2 films dans l’avion et dans les transports, travaillez votre japonais.

Il est vrai que les japonais ne parlent pas tous anglais, comme les français d’ailleurs, mais les jeunes générations sont en train de changer la donne. Et puis, s’ils ne parlent pas anglais, essayez d’autres langues que vous maîtrisez (espagnol, russe, mandarin …). Il est tout à fait possible de voyager sans parler japonais ou anglais, mais c’est dommages de passer à côté des japonais ! Si c’est votre cas, vous pouvez vous simplifier la vie en achetant une carte sim Japon.

Elles sont disponibles dans les magasins BIC de Tokyo ou Kyoto et dans les aéroports, mais à priori pas ailleurs. Cette carte pour votre smartphone vous permettra d’utiliser Google Map et cie, et même d’utiliser des appli de traduction en live qui marchent pas trop mal.

Mon Conseil : 一期一会 (ichigo ichié) : « Chéris chaque rencontre car elle n’aura lieu qu’une seule fois » (proverbe japonais).

Même si vous rencontrez un japonais qui ne parle pas ou très peu anglais, n’hésitez pas à faire des signes, des dessins, des grimaces … Essayez de communiquer en fin de compte. Ils sont très curieux et patients et ils vous indiqueront/emmèneront sans doute dans des lieux superbes, que ce soit pour une visite ou un resto, voire les 2 !

Communiquer, partager, oser !

Une fois, j’ai rencontré un japonais dans un bar d’Osaka qui ne parlait quasi pas anglais (Salut Eiji !), mais il m’a quand même invité à aller le voir à Takamatsu. Ainsi, j’ai rencontré ses amis là-bas, une gérante d’un resto jamaïcain qui parle bien anglais (Kombawa Satoko !) et une autre amie à lui qui parle peu anglais (Hi Yoko !). Cette dernière m’a invité le lendemain pour aller voir un petit temple où elle va prier, visiter sa maison, aller dans un restaurant d’udon réputé et pas cher, et pour finir, visiter un superbe temple que l’on ne trouve pas sur les guides !

Je vais passer sous silence les nombreux bars et rencontres qui ont clôturé cette journée. Voilà, juste un exemple pour illustrer mes propos. Maintenant c’est vous qui voyez …

Une semaine au Japon ne coûte pas plus cher qu’une semaine à Paris.

Bon il faut rajouter le billet d’avion dans l’addition, mais pour moi ça vaut amplement ce petit supplément. Le Japonais, en tout cas ceux que j’ai pu rencontrer, sont aussi surprenants que leur pays, pour nous autres français. Réserve et enthousiasme, convivialité et … on voit et on boit de très belles choses au Japon …

Voilà, j’espère qu’avec ça, vos dernières hésitations s’envoleront et que vous ferez de même ! Sayônara !


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaire sur “Les « on-dit » du Japon, le guide du voyageur